En prépa HEC chaque matière a ses spécificités quand il s’agit de les réviser. En maths, il faut être béton sur son cours et bosser des annales. En langue, se focaliser sur les essais puisqu’ils représentent 60 % de la note. L’économie a bien évidemment aussi ses caractéristiques. Voici quelques conseils pratiques pour réviser l’ESH en vue de réussir ses dissertations le jour J.

revision économie ESH prépa HEC

Conseil #1 pour réviser l’ESH: avoir fini de ficher son cours d’économie

Idéalement avant de démarrer ses révisions il faut avoir fini de ficher son cours. Si ce n’est pas fait, il faut se donner jusqu’à la fin de la première semaine pour l’avoir fait. Appliquez pour cela la loi de Parkinson. Cette « loi » de la productivité stipule qu’on accomplit une tâche dans le temps qu’on se donne. Je m’explique. Si vous vous donnez une semaine pour ficher un cours, vous mettrez une semaine à le ficher. Si en revanche si vous vous donnez un jour, vous le ferez en un jour. Ne sous-estimez pas la capacité du cerveau à s’autoconditionner pour performer !

Conseil #2 pour réviser l’ESH: avoir préparé consciencieusement ses kits de survie.

Les kits de survie, j’en parle et j’en reparle. C’est la base. Pour chaque chapitre du programme, il faut avoir sanctuarisé 2 accroches qui claquent, 10 chiffres, 10 dates et les 5-10 définitions qui comptent. Par exemple, sur la croissance, il faut les définitions suivantes: croissance, développement, cycles, crises, fluctuation, innovation, progrès technique, institutions. Les kits de survie doivent être lus en entier plusieurs fois par semaine pendant les révisions.

Conseil #3 pour réviser l’ESH : ne pas faire d’impasse sur une partie du programme

Il ne faut pas négliger un chapitre. Sous aucun prétexte. Même si on se dit que ça ne tombera pas au concours. C’est souvent ce que font les gens avec la microéconomie et la sociologie. Pourtant ces chapitres tombent directement (la microéconomie avec les monopoles à l’ESSEC, la sociologie à l’ESSEC avec « inégalités et croissance ») ou indirectement (la socio à l’ESCP avec le sujet sur les « mauvaises performances économiques et sociales » en 2016 ou encore microéconomie à l’ESCP en 2015 et 2006). Si vraiment vous n’avez pas le temps de bosser un chapitre, faites au moins une fiche avec les 10 auteurs clés expliqués rapidement (3 phrases d’explication que vous copiez-collez du livre « 1000 idées économiques » de Romain Treffel) et identifiez rapidement les grandes tendances historiques (qu’est-ce qu’il s’est passé au XIXe siècle, au XXe siècle et dans l’actualité, par exemple en utilisant le petit manuel L’essentiel de l’histoire économique). Puis vous rajoutez évidemment le kit de survie. Notons quand même que cette stratégie mènera probablement à une note assez médiocre. C’est juste pour limiter la casse pour les gros touristes.

Conseil #4 pour réviser l’ESH : faire des tests de la feuille blanche (ou blind test).

À la base je faisais pour les formules et les théorèmes en maths, mais on peut le faire également pour l’économie. Le test de la feuille blanche ça consiste tout simplement à essayer de retranscrire son cours sur une feuille blanche après l’avoir lu afin vérifier qu’on l’a bien mémorisé (ou pas du tout …).

Vous pouvez l’appliquer pour tester plusieurs trucs

Le plan B c’est de tester ses connaissances avec la fonctionnalité de test sur Pandanote (anciennement Khuube).

Conseil #5 pour réviser l’ESH : Avoir une vision d’ensemble et un planning de travail

L’économie en prépa est une matière super chronophage. En ECE elle représente pour cela un vrai danger. Trop d’élèves consacrent un temps fou à l’ESH et, du coup, n’alloue pas assez d’énergie aux autres matières (Maths, langues, Culture générale …). Si l’ESH est l’épreuve reine, il ne faut pas pour autant la laisser venir cannibaliser les autres matières. Je vous conseille d’avoir un programme/planning de travail détaillé (et réaliste) dans lequel vous prenez soin d’accorder le temps qu’il faut à l’économie, mais tout en gardant le contrôle et une vision d’ensemble. Ça ne sert à rien d’avoir 16 en ESH si c’est pour avoir 7 en maths. En général on n’intègre par comme ça (l’auteur de cet article étant l’exception qui confirme la règle).

Conseil #6 pour réviser l’ESH : il y a la théorie et la pratique !

C’est comme en maths: il faut apprendre son cours et faire des exercices. Tout le monde zappe ça en économie. En général, les gens passent 95 % de leurs temps à apprendre le cours d’éco (en dormant à moitié quand il relisent leurs cours, mais passons) et ne consacrent à peine que 5 % à la technique et la pratique. IL FAUT FAIRE DE TECHNIQUE EN ÉCONOMIE !!! Il faut s’entrainer à utiliser ses références, à remettre les chiffres de ses kits de survie, à faire des sujets (en essayant à chaque fois de faire plusieurs plans possibles). Si on ne fait pas ce travail, on arrive complètement rouillé aux épreuves.

Dernier point : est-ce que c’est trop tard pour prendre la masterclass ?

Je mets cette question ici parce qu’on ne la pose plusieurs fois par semaine. À un petit mois des écrits est ce que ça a du sens de commencer avec un nouvel outil ? C’est une bonne question. Si vous n’avez pas fini de ficher vos cours, que votre prof n’a pas terminé le programme ou que vous avez des centaines de pages de cours en vrac entre la première et la deuxième année … la masterclass peut vous aider. En 30 heures de cours, on fait le tour du programme des deux années. Mais attention, c’est violent comme programme ! (Il y a ici gratuitement un cours de démo de la masterclass pour se faire une idée). Si on adopte tardivement la masterclass, il faut se fixer des quotas par jour pour la finir super rapidement et avoir le temps d’appliquer les méthodes et d’utiliser un petit peu les références.

Là où c’est pratique c’est que :

  1. la masterclass a été pensée par quelqu’un qui a été à votre place et qui connait vos problèmes (cours trop long, manque de temps …);
  2. Elle est conçue pour être prête à l’emploi dans la mesure où ses parties et sous-parties peuvent être remises telles quelles en dissertation;
  3. Elle emboîte la pratique dans la théorie en faisant des cours sous forme de dissertations (il y a aussi de nombreux points de méthodes au fil des explications dans les cours),
  4. Vous avez la possibilité de réécouter autant de fois que vous voulez les cours (et donc réviser en mode vidéo ce qui est moins fastidieux);
  5. Il y a des sujets corrigés dedans et quelques bonnes copies pour s’entrainer et analyser la réalité du concours !

N’oubliez jamais que la prépa HEC est avant tout une affaire d’astuces et de secrets. Il ne faut pas être plus intelligent pour réussir, seulement être malin et bosser avec les bons outils.