sociology

La sociologie au concours

Regardons la réalité en face : la sociologie c’est des sujets d’Écricome presque tous les ans et quelques fois directement ou indirectement aux Parisiennes. Voici quelques d’Écricome presque tous les ans et quelques fois directement ou indirectement aux Parisiennes. Voici quelques sujets :

  • Peut-on toujours parler de classes moyennes ? (Ecricome, 2012)
  • Le progrès économique a-t-il fait reculer l’insécurité sociale depuis la fin du 19e siècle dans les pays capitalistes ? (Ecricome 2009)
  • La lutte contre la pauvreté depuis le début du XIXe dans les pays développés (HEC, 2007)
  • Redistribuer les revenus, est-ce un objectif légitime des gouvernements dans les pays industriels développés ? (ESSEC 1997)
  • Mobilité sociale et croissance économique en France depuis 1945 (Ecricome 2001)
  • Inégalités et croissance (ESSEC 2015)

La sociologie c’est aussi 30% des sujets d’oraux de l’ESCP :

  • L’apport de Max Weber à la théorie des organisations (Oral ESCP)
  • L’entreprise, lieu de coopération ? (Oral ESCP)
  • L’approche sociologique permet-elle d’établir des lois ? (Oral ESCP)

Pourquoi bosser la sociologie ?

Travailler la sociologie permet de réduire sensiblement le risque de se prendre une taule à l’écrit tout en valorisant sa copie. Si le sujet est directement un sujet de sociologie (ce qui arrive souvent à Ecricome) le fait d’avoir révisé la sociologie et de choisir le sujet de sociologie donne une grande valeur à la copie. On ne va pas se mentir, si on a le choix entre “Les dépenses publiques contribuent-elles à la croissance” et “Les mouvements sociaux dans les PDEM depuis 1970” 90% des candidats vont prendre le sujet sur la croissance. Il suffit de choisir le sujet de socio pour sortir du lot. Et si on a un peu travaillé la socio (sociologie des organisations, des conflits, nouveaux mouvements sociaux chez Touraine, histoire des conflits et grandes théories comme WEBER, MARX ou DURKHEIM) on obtient rapidement une super note même en faisant un plan très simple en deux parties. Pour les épreuves des Parisiennes, la sociologie est souvent indirecte. Par exemple en 2016 à l’ESCP on a eu “La mondialisation peut-elle expliquer les mauvaises performances économiques et sociales d’un pays ?“.  Dans ce sujet il fallait mettre des références sociologiques ou encore des références sur l’emploi (pression à la baisse sur les salaires), les modèles sociaux, le dumping social ou encore des éléments sur l’État providence. Le sujet de l’ESSEC en 2015 était beaucoup plus direct dans sa référence à la sociologie “Inégalités et croissance“.

On peut aussi utiliser la sociologie pour étoffer une copie sur un sujet non directement sociologique et ainsi donner de la profondeur à la copie. C’est une démarche qui est valorisée.

Comment bosser la sociologie ?

Trop souvent les profs ne font pas en cours les chapitres de sociologie. C’est un peu le même problème qu’avec les graphiques dont j’ai parlé dans un autre article. Voici des propositions d’axes pour bosser la sociologie seul de son côté (ou avec son binôme).

  • Axe 1 : Se faire un lexique des concepts de base (inégalités, stratification sociale, mobilité sociale, classes moyennes, conflits, socialisation, exclusion, pauvreté, etc.). C’est le minimum opérationnel.
  • Axe 2 : Identifier les théories de base pour les grands auteurs de socio (TOCQUEVILLE, BOURDIEU, DURKHEIM, … ).
  • Axe 3: développer des compétences avec des couples théories faits sur : inégalités (avec ses relations sur la croissance, l’éducation, l’innovation, le développement …), la mobilité sociale, les classes sociales, sociologie des organisations, sociologie de la consommation.

 

À la demande de certains de mes lecteurs qui ont des bons cours d’ESH mais pas de cours de socio valable, j’ai extrait de la masterclass d’ESH les morceaux qui traitent de la socio pour faire un petit PackSocio

packosio