Voici les questions sur l’ESH en prépa HEC auxquelles je vais répondre dans cet article :

  • Mon prof d’économie est nul, est-ce que je dois sécher les cours dans ma prépa ?
  • Combien de temps faut-il travailler les maths ? L’ESH ?
  • Faut-il ficher le Combes ? Faut-il ficher le Bréal ?
  • On me propose d’acheter les fiches d’un ancien élève d’IPESUP est-ce que c’est une bonne affaire ?
  • Est-ce que c’est vrai qu’à IPESUP ils ont les sujets ?
  • Est-ce qu’une fiche de révision doit être personnelle ? Est-ce qu’il faut ficher ses cours d’économie ? Comment faire une fiche d’économie ? Comment utiliser Pandanote pour faire des fiches en Prépa ?
  • Comment s’entraîner en ESH ? Faut-il acheter des manuels de dissertations ou de bonnes copies ? Où trouver des corrigés d’économie sur internet (HEC, ESCP, ESSEC et Ecricome)
  • Comment faire une bonne dissertation d’économie en prépa HEC ? Comment avoir de bonnes notes en ESH en prépa ? Comment gagner des points en dissertation d’ESH ?
  • Est-ce que la sociologie tombe à l’écrit au concours ? Faut-il réviser la sociologie ? Mon prof ne traite pas les chapitres de socio c’est normal ?
  • Peut-on espérer intégrer une Parisienne (top 3) ou un top 5 quand on vient d’une petite prépa ?
  • Est-ce qu’il faut apprendre le modèle IS/LM ou le modèle de SOLOW ? Comment les apprendre ? Comment utiliser les grands modèles en dissertation ?
  • Est-ce qu’un kit de survie d’économie en prépa doit être personnel ?
  • Faut-il ficher un manuel d’ESH en plus de la Masterclass ?
  • Quelle est la différence entre la formation “Plus 5 Points” et la Masterclass ?
  • Comment faire une bonne accroche en ESH ?
  • Faut-il faire des plans de 2 ou 3 parties en dissertation d’économie ? Peut-on avoir plus de 15/20 avec un plan en deux parties ?
  • Quel sujet choisir à Ecricome ?
  • Comment passer de ECE à ECS ? Est-ce que c’est compliqué de passer de ECE à ECS ? Peut-on aller en prépa ECE après un bac S ?
  • Faut-il lire des livres en prépa HEC ? Est-ce que je dois lire des livres d’économies en prépa ECE ?
  • Quelle école a un oral d’économie ? Est-ce que c’est compliqué ?
  • Peut-on utiliser l’essentiel de l’histoire économique à la place de son cours de prépa ?
  • En prépa, faut-il travailler seul ou à plusieurs ?

 

Mon prof d’économie est nul, est-ce que je dois sécher les cours dans ma prépa ?

Question difficile. J’avais consacré un article sur les profils de prof « à risque » (Top 8 des profs d’ESH qui coulent leurs élèves).

Déjà c’est quoi un bon prof d’ESH ? Un bon prof d’ESH c’est pas un prof charismatique (attention au marketing, les enfants) . Un bon prof d’ESH ce n’est pas un mec qui a eu un élève qui a eu 20/20 l’année dernière et qui s’attribue le mérite.

Un bon prof d’ESH, c’est simple, c’est un prof qui met sa classe à 14 ou 15 de moyenne aux Parisiennes année après année. C’est tout.

Donc si votre prof est naze, il faut bosser de votre côté avec des manuels et/ou des cours en ligne.

La question c’est surtout : est-ce que c’est possible de sécher les cours? Ça dépend vraiment des profs et des prépas. Certains profs ont indexé leur égo sur le nombre de personnes qui sont présentes en cours et ne supportent pas que certains élèves (je dirai « certaines lucidités supérieures » pour citer Antonin Artaud) sèchent.

Donc je ne peux pas trop vous conseiller. Y’a vraiment des prépas ou les mecs sont malades et risquent de vous virer, de ne pas vous laisser passer en deuxième année ou de ne pas vous filer vos crédits ECTS. Y’a des malades. La vie c’est comme ça, y’a un seuil incompressible de connerie humaine… 

À vous d’évaluer les risques. Le mieux c’est d’essayer d’en parler à votre prof et lui demander si vous pouvez travailler à la maison (genre vous dites que vous êtes agoraphobe ou un quelque chose comme ça).

Combien de temps faut-il travailler les maths ? L’ESH ?

Voici une grande question stratégique en prépa HEC. En prépa, il faut s’organiser scientifiquement, avoir un planning et s’y tenir !

En ce qui concerne la distribution du temps entre les matières, je vous propose cette règle :

  1. Pour chaque matière, travaillez autant d’heures à la maison qu’il y a d’heure en cours
  2. Pour ajuster : travaillez deux heures en plus votre matière faible (les maths par exemple) et deux heures en moins votre matière forte (ESH par exemple).

Autre règle : ne pas trop bosser la CG et la contraction/synthèse parce que c’est trop la roulette !

Combien de chiffres et de dates faut-il connaître ?

Plus !

Faut-il ficher le Combes ? Faut-il ficher le Bréal ?

Ça dépend ! Je parlais de la pertinence de ficher le Combes dans cet article. L’idée de base c’est qu’il faut choisir quel sera son cours par défaut : le cours de son prof, un manuel, mon cours à moi ? À vous de choisir. Mais il faut choisir.

Si votre cours par défaut est un manuel, il faut le ficher. Là dessus, attention, le Combes ne peut pas être votre cours par défaut. Le Combes est un des meilleurs manuels en prépa HEC, son contenu est d’une grande qualité mais le problème c’est que ce manuel ne traite qu’une petite partie de notre programme. En bossant qu’avec le Combes vous risquez de vous planter violemment au concours !! 

Si votre cours par défaut n’est pas un manuel, ne fichez pas de manuel. Par contre, vous pouvez prélever des idées, des chiffres, des références et des graphiques dans les différents manuels pour étoffer votre cours par défaut.

On me propose d’acheter les fiches d’un ancien élève d’IPESUP est-ce que c’est une bonne affaire ?

Disons que je suis très partagé . Les cours d’éco à IPESUP font partie des meilleurs sur le marché. Le paradoxe c’est que les gens qui récupèrent les cours de cette prépa, mais qui ne sont pas dans cette prépa n’intègrent pas (alors que les gens d’Ipesup, avec ces mêmes cours, intègrent). Quand j’étais à IPESUP (oui je suis passé par là), tout Paris avait nos cours, mais nous on a intégré haut la main les Parisiennes tandis que les autres se sont plantés.

Donc non, je ne pense pas qu’acheter les cours ou les fiches d’Ipesup soit une bonne idée.

Est-ce que c’est vrai qu’à IPESUP ils ont les sujets ?

Non. C’est un mythe 🙂 À Ipesup ils ont les bonnes méthodes et les gens bossent comme des malades. C’est tout.

Est-ce qu’une fiche de révision doit être personnelle ? Est-ce qu’il faut ficher ses cours d’économie ? Comment faire une fiche d’économie ? Comment utiliser Pandanote pour faire des fiches en Prépa ?

J’ai une théorie assez tranchée sur les fiches de révisions. À mes yeux, les fiches de cours sont trop souvent un moyen de se soulager la conscience et de se donner l’impression qu’on bosse très dur.

Pendant qu’on fait la fiche, le cerveau est actif: il lit, trie l’information, la sélectionne et élimine ce qui est superflu. Ce processus, certes chronophage, est très important pour comprendre et mémoriser son cours. Mais voilà le problème : les gens en prépa (et ailleurs….) passent des heures à ficher puis n’ont plus assez de temps pour relire et apprendre. La fiche tombe dans l’oublie prend la poussière et, au final, on n’est pas très bien préparé pour le prochain DS.

Voilà ce que je suggère : utilisez Pandanote, c’est une app pour Mac et PC que j’ai développée qui extrait tout ce qui est surligné du cours. Alors, ça ne remplace pas une vraie fiche qu’on fait à la main pendant 10 heures, mais ça a le bénéfice de prendre 5 minutes (et pas 10 heures) pour faire une fiche. L’autre truc cool c’est qu’on peut afficher dans la fiche les couleurs qu’on veut. Comme ça, vous adoptez un code de couleurs (dates en vert, citation en rose…) et vous pouvez générer des fiches « à la demande » en fonction de ce que vous voulez réviser /relire. C’est gratuit et très pratique. Ainsi vous libérez plus de temps pour relire, apprendre et surtout vous entraîner (cf. le point sur la technique que je fais un peu plus bas dans cette article). 

Comment s’entraîner en ESH ?  Où trouver des corrigés d’économie sur internet (HEC, ESCP, ESSEC et Ecricome)

Ça c’est un point crucial. En maths, on passe 10 % de son temps à apprendre le cours et 90 % à faire de la technique. En économie les gens passent 99 % de leur temps à apprendre leur cours (ou à dormir devant, ça reste à voir) et ne consacre seulement 1 % de leur temps dédié à l’ESH à faire de la technique. En gros, ils font de la technique que lors des colles et des DS.

Imaginez que vous consacriez 10 % de votre temps d’éco à la technique, voire 20 ou 30 %. Mécaniquement vous allez cannibaliser les autres préparationnaires le jour J.

Du coup, comment s’entraîner à la technique ?

Commençons par la connerie à ne surtout pas faire : c’est d’attendre d’avoir fini le programme ou d’être en vacances pour faire de la technique. Il faut faire de la technique dès le début de l’année de bizuth.

La technique c’est quoi ? C’est juste de prendre une pile de feuilles blanches et d’analyser un sujet et de faire des plans. Essayez toujours deux faire deux plans différents quand vous faites un sujet ça vous force à développer des pistes de réflexion nouvelles et ça « muscle » votre cerveau analytique !

Je conseille aux élèves que je coache de faire une session de technique par semaine (une session c’est deux heures). L’autre avantage de la technique c’est que vous mobilisez les auteurs, du coup cela contribue à votre compréhension et à l’assimilation des concepts. C’est tout bénef.

Vous pouvez confronter votre plan à celui d’un manuel de plans ou de bonnes copies (il y en a plusieurs sur Amazon). Vous pouvez aussi trouver ici les analyses des sujets des dernières années :

Comment faire une bonne dissertation d’économie en prépa HEC ? Comment avoir de bonnes notes en ESH en prépa ? Comment gagner des points en dissertation d’ESH ?

C’est une question super vaste. Je ne peux pas y répondre directement ici, mais je vais donner des pistes.

  1. Tout d’abord, il faut connaître son cours sur le bout des doigts et avoir fait ses kits de survie. 
  2. Puis il faut un protocole et une stratégie pour analyser les sujets. Le hasard, ça ne fonctionne pas. Le « je suis un ouf tkt », ça ne fonctionne pas (ça s’appelle même l’effet Dunning Krueger en psychologie, et c’est pas flatteur). Je mets dans cet article un mini protocole pour analyser les sujets. Tu peux avoir une autre méthode, y’a pas de soucis, mais il faut une méthode !
  3. DS après DS, il faut analyser vos erreurs pour progresser. On n’a pas le luxe de répéter 10 fois les mêmes conneries.

S’il faut retenir un truc clé, c’est que la prépa est une affaire d’initié ! Si vous ne connaissez pas les secrets et les astuces, vous partez avec un handicap. Je ne me fais pas des amis en disant ça, mais la méritocratie c’est un mythe. La prépa est un système injuste qui récompense les initiés, ceux qui sont dans les bonnes prépas avec les bons profs. Les autres se font cannibaliser. Il faut donc se former et aller chercher ces méthodes si vous voulez tirer parti du système. La bonne nouvelle c’est que tout est sur internet !

Est-ce que la sociologie tombe à l’écrit au concours ? Faut-il réviser la sociologie ? Mon prof ne traite pas les chapitres de socio c’est normal ?

La socio fait partie du programme de l’écrit et de l’oral en prépa HEC. Que ce soit au concours BCE ou Écricome, on ne peut pas faire l’impasse sur la sociologie. Elle tombe régulièrement directement (« lutte contre la pauvreté en France » à HEC) ou indirectement (« Équité et libre-échange depuis le début du XIXe siècle » à HEC, « Inégalité et croissance » à ESSEC).

Si votre prof ne traite pas les chapitres de sociologies (famille, structure sociale, inégalités, mobilité sociale, Durkheim, Weber, Bourdieu….) je vous conseille de les travailler de manière autonome de votre côté. Ma masterclass comporte de nombreux chapitres de sociologie.

En termes de socio on n’a pas besoin d’être des pro, mais il faut connaître les concepts de base, les définitions et les grands auteurs incontournables !!

Peut-on espérer intégrer une Parisienne (top 3) ou un top 5 quand on vient d’une petite prépa ?

Totalement ! Attention aux croyances limitantes. Par contre il faut bosser et pas se laisser entraîner vers le bas par le niveau d’ambition des gens de votre prépa. #TheWorldIsYours 

Est-ce qu’il faut apprendre le modèle IS/LM ou le modèle de SOLOW ? Comment les apprendre ? Comment utiliser les grands modèles en dissertation ?

La réponse est oui, il faut les apprendre. La bonne nouvelle c’est que c’est pas très compliqué. J’en parle dans cette vidéo :

 

Est-ce qu’un kit de survie d’économie en prépa doit être personnel ?

Je ne pense pas. L’idée du kit de survie (j’en parle dans cet article) c’est de sanctuariser quelques dates (10) et chiffres (10) ainsi que quelques accroches (2-3) et les définitions clés (entre 5 et 10) pour être sûr de ne jamais être « à poil » sur un sujet. Un kit de survie n’a pas à être original, il doit juste exister et être lu chaque semaine.

On peut donc imaginer de se répartir le travail à plusieurs puis de se partager ses kits de survie. À la limite vous pouvez juste changer les accroches pour avoir des trucs différents de vos potes.

Faut-il ficher un manuel d’ESH en plus de la masterclass ?

Pour mes élèves qui travaillent avec la Masterclass, je recommande de ne pas ficher de manuels en plus. Disons qu’il faut apprendre autant de concepts et références qu’on peut, mais pas plus qu’on peut. On peut se retrouver dans des situations qui deviennent contre productives. Par exemple quand une personne a 200 références dans son cours d’ESH sur la croissance, mais n’est pas capable d’en mémoriser 10 % pour son DS.

Il faut donc faire attention à ne pas surestimer ses capacités de mémorisation. De plus, on écrit entre 10 et 14 pages au concours donc on n’a pas besoin de connaître des milliers de références. Si on a entre 50 et 80 références par chapitre (ce qu’il y a en gros dans la masterclass) et que le sujet du concours est à l’intersection de plusieurs chapitres (dans 90 % des cas), alors on a une banque de données suffisante pour traiter le sujet. Pour revenir à la question de l’utilisation des manuels : je suggère, une fois que la masterclass est fichée et mémorisée, de feuilleter des manuels comme le Combes (PUF Major) ou le Bréal pour trouver des idées complémentaires à rajouter dans le cours.

Quelle est la différence entre la formation “Plus 5 Points” et la Masterclass ?

La formation “Plus 5 Points” et la Masterclass ESH sont deux formations en ligne que j’ai développé à la suite de mon expérience comme coach en ESH. Depuis plus de 3 ans j’aide des étudiants de la France entière à réussir ces concours (d’abord en faisant des cours particuliers et en publiant mon propre manuel, puis en faisant ce site et des formations en ligne).

  • La formation plus 5 points est une formation centrée sur la TECHNIQUE et sur le savoir-faire pratique pour gagner rapidement des points en ESH. Elle est assez courte et est tournée vers des résultats rapides. 
  • La Masterclass est ma formation phare, elle permet de faire le tour du programme des deux années en moins de 30 heures avec des cours en vidéos sous forme de dissertations à haute valeur ajoutée. 

Seul un mini module de la Masterclass est en commun avec Plus 5 Points, c’est celui où je rappelle les conseils de base.

Comment faire une bonne accroche en ESH ?

Ne pas être chiant(e) ! Corriger des copies c’est l’enfer. C’est un boulot mal payé, monotone et énervant. Les gens écrivent un nombre de bêtises de niaiseries qui dépassent l’entendement.

Et ça commence avec l’accroche. Quand vous corrigez des copies et que l’accroche d’un sujet sur la croissance est François Perroux, vous vous dites « P***** encore un » et ça vous énerve. Si en revanche, la copie commence par une accroche qui vous interpelle, vous surprend ou vous fait sourire, alors c’est autre chose. Dans ce cas, la relation commence bien et l’élève part avec un bonus.

Le correcteur est un humain, il faut se mettre à sa place, lui faire plaisir et lui faciliter la vie.

Faut-il faire des plans de 2 ou 3 parties en dissertation d’économie ? Peut-on avoir plus de 15/20 avec un plan en deux parties ?

Déjà il faut faire la différence entre l’écrit et l’oral.

À l’oral, on s’en fiche un peu, ce qui compte c’est la clarté du propos et le dynamisme de l’élève.

À l’écrit c’est une autre histoire. Tendanciellement les copies qui ont plus de 15 sur 20 font des plans en trois parties. Donc statistiquement, pour maximiser ses chances il faut essayer de faire trois parties.

Maintenant vous devez faire preuve de bon sens, si vous avez un super plan en deux parties ou un plan en trois parties avec un gros risque de hors sujet, ne prenez pas de risques et faites un plan en deux parties. J’ai vu plein de copies avoir des 18,19 et 20 avec des plans à deux parties.

Quel sujet choisir à Ecricome ?

À Ecricome, on a toujours le choix entre deux sujets. Si l’ESH est votre matière faible, je vous conseille de ne pas prendre de risque et de choisir le sujet sur lequel vous êtes à l’aise.

En revanche si l’ESH est une matière forte, choisissez le sujet que personne ne va traiter. Il y a toujours un sujet de socio ou un sujet un peu WTF, prenez celui-là ! Cela enverra le signal au correcteur que l’économie est une matière que vous appréciez et que vous maitrisez.

Comment passer de ECE à ECS ? Est-ce que c’est compliqué de passer de ECE à ECS ? Peut-on aller en prépa ECE après un bac S ?

Alors oui c’est possible. Il y a de plus en plus de transfuges (des bac S qui vont en ECE). En général ça se passe plutôt bien pour les maths. Notons que toutes les prépas n’acceptent pas ce type de candidature. 

Pour l’ESH, si vous êtes un transfuge voici mes conseils :

  • faites vous en urgence une culture économique de base : connaître les grandes tendances historiques et savoir définir les concepts de base. Attention, je dis bien définir, pas juste vaguement savoir de quoi ça parle. En gros tout le monde voit ce qu’est un monopole ou un taux d’intérêt, mais on attend de nous de savoir les définir scientifiquement !
  • Apprenez l’histoire de la pensée économique et les noms des grands économistes. Faites de même pour la sociologie. Vous devez savoir à quel courant appartient Mill, Hicks ou Friedman.

C’est tout à fait faisable d’avoir de super notes en économie en venant d’un bac S et de rattraper son retard. Il faut juste bosser !

Faut-il lire des livres en prépa HEC ? Est-ce que je dois lire des livres d’économies en prépa ECE ?

Non, c’est une perte de temps. Je n’ai rien contre Daniel Cohen, Paul Krugman, Philippe Aghion, Robert Reich ou Joseph Stiglitz. Leurs bouquins sont bien. Mais en prépa vous n’avez pas le temps de lire ça. Franchement vaut mieux faire des maths ! C’est le job de votre prof de lire ces livres et de les résumer dans le cours.

Quelle école a un oral d’économie ? Est-ce que c’est compliqué ?

HEC et ESCP ont des oraux d’ESH. Compte tenu du niveau de sélection à l’entrée dans ces écoles, ces épreuves ne sont pas faciles.

  • ESCP mise surtout sur la technique et les modèles économiques (il vous sera demandé de faire un graphique de microéconomie au tableau).
  • HEC aime surtout l’histoire économique et la compréhension des tendances longues.

Mais c’est pas une règle absolue.

Pour en savoir plus sur les oraux d’ESH, voici mon article.

Peut-on utiliser L’Essentiel de l’histoire économique à la place de son cours de prépa ?

NON ! On me pose souvent la question. L’essentiel de l’histoire économique est un manuel que j’ai publié aux éditions Sonorilon et qui est rapidement devenu un bestseller en prépa (en même temps c’est le seul manuel d’ESH écrit par quelqu’un qui a passé les concours…).

L’essentiel de l’histoire économique est un manuel d’appoint pour aller chercher des anecdotes sympas, des citations originales ou rapidement se faire une culture économique.

Le rôle de ce manuel n’est pas de remplacer un cours. Il ne suffit pas ! Il faut avoir un vrai cours d’ESH.

En prépa, faut-il travailler seul ou à plusieurs ?

C’est une affaire de culture. Certaines prépas valorisent vraiment l’esprit de groupe et la collaboration (Franklin, Danielou, Douai).

Moi je n’adhère pas trop à ça, mais c’est personnel. Par contre, je pense que c’est super productif d’avoir un petit groupe de travail (2 ou 3 personnes). Si possible avec des compétences variées (un fort en éco, l’autre en maths par exemple).

Par contre au-delà de trois personnes, je pense que ça perd son efficacité, y’a un risque trop grand de réalisation d’un paradoxe d’Olson (ou phénomène du passager clandestin) avec toujours un mec qui ne fout rien et qui parasite le groupe !