bag-1245954_1280

Je suis toujours à la recherche de moyens plus efficaces et innovants pour apprendre et enseigner. Comme tu as dû probablement t’en rendre compte, j’ai lancé ma propre masterclass d’ESH il y a quelques jours. J’ai reçu pas mal de questions et d’avis. J’ai donc préparé une petit FAQ

 

Est-ce que tout le programme est traité ?

Absolument. Les deux années sont rassemblées dans 14 dissertations. Chaque dissertation est transversale. Par exemple dans le cours sur l’État je parle aussi de la mondialisation, du développement, de la croissance, de l’innovation, etc. C’est ce qu’on attend de vous au concours. Je profite également de ces dissertations pour faire des digressions avec des plans de colles Intérêts et limites de la PAC », « Actualité du modèle de SOLOW » etc.). En ce qui concerne l’actualité (deux tiers des sujets de concours portent sur l’actualité !), je consacre systématiquement la troisième partie de mes dissertations aux grands enjeux d’actualités et aux réformes à mener.

 

Est-ce qu’on peut remettre les dissertations telles quelles ? Et peut-on traiter des sujets « pointus » comme « la guerre des monnaies » qui est tombé à l’ESSEC cette année ?

Oui, mais ce n’est pas recommandé. Au début de la masterclass j’ai fait une longue méthodo avec les astuces et les protocoles pour faire face à n’importe quel sujet. Je pense que la meilleure stratégie reste encore de bien analyser le sujet avant de chercher à recaser son plan. Quand tu remettras nos dissertations en concours blancs ou au concours, fais-le avec dextérité. Change l’ordre des sous-parties si nécessaires, supprime une autre sous-partie pour la remplacer par autre chose. Il faut être souple. Si tu fais ça avec pragmatisme, tu n’auras aucune difficulté à avoir des bonnes notes sur des sujets pointus.

Il existe des cas aussi, où on peut ressortir la dissertation mot pour mot, mais c’est plus rare. À l’ESCP cette année pas mal de mes élèves ont eu entre 14 et 20 en ressortant à l’identique la dissertation sur la mondialisation. Pour des élèves qui étaient venus me voir quand ils avaient 6 -7/20 en prépa, c’était quand même une bonne surprise !

 

Est-ce qu’on peut poser des questions ?

Évidemment. L’interactivité est tout le problème des masterclass. Tu peux poser des questions en commentaires sous la vidéo, je reçois une notification et j’y réponds le plus rapidement possible (en général en un quart d’heure). Le truc cool c’est que tu peux aussi voir les questions-réponses des autres. Si t’as une question plus personnelle, je mets mon adresse mail et Skype à la disposition de mes élèves 🙂

 

Pourquoi une masterclass en vidéo et polycopié plutôt qu’une masterclass « webinar » ?

Une masterclass “webinar” est un cours collectif en ligne auquel tu accèdes avec tes identifiants. Je n’ai pas choisi l’option du webinar, j’ai préféré pré-enregistrer tout le programme et préparer des polycopiés.

J’ai choisi cette option pour trois raisons principales :

  • En mettant en ligne tout le programme d’un coup tu peux bosser dans l’ordre que tu veux. Tu n’as pas à attendre qu’on fasse la séance ensemble pour travailler un chapitre. Comme ça tu peux t’aligner librement sur le programme de ton prof et pour tes DS. Tu peux aussi prendre de l’avance (ce qui est conseillé). Tu as donc beaucoup plus d’autonomie.
  • La plateforme permet de revisionner à volonté les cours (ce qui n’est pas forcément possible avec un webinar). Je peux aussi ajouter des fichiers (polycopiés format Word)  et préparer des QCM à la fin des vidéos.
  • On peut proposer avec ces technologies le meilleur rapport qualité-prix possible. Les technologies de webinar étant très onéreuses, un prix à 299 n’aurait pas été possible (des cours comme les miens en webinar auraient coûté le triple à l’année). Avec cette formule on a la meilleure qualité sans se faire entraver par des coûts technologiques importants.

La masterclass en vidéo et polycopiés n’est pas encore très démocratisée en France, mais ça se fait beaucoup dans les pays anglo-saxons et scandinaves.

 

Est-ce qu’il faut continuer à aller en cours, si la masterclass est mieux que le cours du prof ?

Grande question ! Les deux tiers des étudiants déjà inscrits sur ma masterclass m’ont posé cette question et franchement j’ai du mal à y répondre. Je serai tenté de dire oui!  Dans mon cas, quand j’étais en carré j’avais eu un prof vraiment mauvais et j’avais donc choisi de bosser seul de mon côté. Cette stratégie a été payante puisque j’avais eu 20/20 à ESCP !

Néanmoins de nombreux profs risquent de vous saquer en corrigeant vos copies, vont chercher à vous exclure de la prépa et à vous empêcher de passer en deuxième année (ou de cuber). C’est tout le problème… À vous de voir en fonction de votre prof et de la taille de son égo !

 

La masterclass est-elle compatible avec le programme ECT ou pour des lycées ?

Je rassemble ici deux questions. Évidemment, les lycéens et les ECT n’ont pas du tout les mêmes enjeux devant eux.

Pour les ECT, la masterclass cible surtout le programme d’ECE mais comme l’économie en ECT n’est pas si différent, maîtriser le contenu de cette masterclass t’aidera à mieux comprendre et surtout à faire la différence.

Pour les lycéens, je te conseille cette formation si tu veux te préparer à faire une prépa ECE. Le programme d’ESH et celui du lycée sont proches, l’ESH est juste dix fois plus long et compliqué. Mais si l’économie te passionne, fonce !

 

Les places sont-elles limitées ?

Indirectement. Le prix de 299euros pour tout le programme des deux années est mon offre de lancement. À la fin du mois de septembre, je double le prix. L’idée c’est aussi de maintenir une forme d’exclusivité parce que si toute la France a les mêmes dissertations et les mêmes références, ça n’a plus d’intérêt. Pour info, la plateforme propose de payer en plusieurs fois (une fois, deux fois, ou six fois).

Masterclass ESH