HEC corrigé ESH 2017 annales économie concours BCE méthodologie

Le sujet d’ESH tombé à HEC cette année est : “L’entreprise (depuis le XIXe siècle) peut-elle se passer de l’entrepreneur ?

Brève analyse du sujet d’économie d’HEC 2017

Au concours BCE ça faisait longtemps qu’on bon sujet sur l’entreprise et l’entrepreneur n’était pas tombé. On a avait eu la concurrence, les monopoles ou la concentration (ESSEC et ESCP). L’année dernière on avait eu un sujet sur la gouvernance d’entreprise à Ecricome. Je trouve d’ailleurs que ce sujet Ecricome était plus difficile que celui d’HEC cette année.

Sur un sujet à propos de l’entreprise, il est crucial de citer des … entreprises !! C’est le piège. Trop souvent les cours d’économie sur l’entreprise ne mentionnent presque aucune entreprise et sont 100% théoriques. Pourtant ce n’est pas compliqué d’avoir des faits tangibles à citer : il suffit de regarder autour de soi et de mentionner des entreprises : LMVH, Google, Auchan, Orange, …  Idem pour les entrepreneurs: ARKWRIGHT, FORD, JOBS, NIEL, BRANSON, MUSK … C’est vraiment facile de mettre des faits et des exemples sur ce sujet. Ce qui tombe bien puisque les correcteurs à HEC aiment les anecdotes croustillantes !

  • Parmi les références de base sur l’entreprise qui devraient être présentes : WALRAS, COASE (cout de transaction), BERLE & MEANS (1932), JENSEN & MECKLING (1976).
  • Sur l’entrepreneur, on peut citer RICARDO, SCHUMPETER ou encore CHRISTENSSEN (et bien d’autres).

Dans l’histoire de l’entreprise et de l’entrepreneur on pourrait distinguer trois périodes :

  • Début de la révolution industrielle avec la figure centrale de l’entrepreneur (au côté du banquier, qui peut aussi être un entrepreneur, comme JP MORGAN. SCHUMPETER dans la Théorie de l’évolution économique avait rappelé le rôle clé du banquier au côté de l’entrepreneur). On a les grands noms de l’industrie: SCHNEIDER, KRUPP, ROCKEFELLER, …
  • À partir des années 1880 jusqu’aux années 1980 : concentration industrielle, recul de la figure de l’entrepreneur au profit du manager (CHANDLER, BERLE & MEANS) et des consultants. Les managers ne sont ni plus ni moins des professionnelles de la gestion des entreprises, mais pas des créateurs d’entreprise. Avec les trente glorieuses (1945-1973) on a aussi l’époque des grandes entreprises publiques : ALSTOM, AREVA … Il ne faut pas oublier l’importance de l’État dans le monde de l’entreprise.
  • Depuis les années 1980 : grand retour de la figure de l’entrepreneur (Bill GATES, Steve JOBS, Larry ELLISON, Michael DELL…) dans la révolution informatique puis numérique et paradoxalement montée en puissance des actionnaires et des marchés financiers dans le cadre d’une financiarisation de l’entreprise (gouvernance “shareholder“). L’actualité avec les startups (pour ne pas dire le culte des startups tellement que les journalistes sont en extase dès qu’un mec lève des fonds pour faire un clone d’une boite américaine … mais passons) rappelle évidemment le rôle crucial de l’entrepreneur.

 

Proposition de corrigé pour la dissertation d’ESH

Je penche donc pour un plan chronologique. Ça passe bien à HEC en général.

I)  L’entrepreneur a été une figure indispensable dans la création et la maturation des entreprises lors de la révolution industrielle.

II) Néanmoins à partir des années 1880, la “main visible des managers” (CHANDLER) prend le contrôle des entreprises et façonne l’économie.

III) Depuis les années 1980, on assiste au grand retour de la figure de l’entrepreneur dans une configuration où les financiers et les états ont aussi des positions stratégiques.