binoculars-1209011_1920

J’ai retrouvé des paragraphes identiques dans des copies de l’ESSEC en 2010 (Le libre-échange est-il facteur de croissance?) et dans des copies d’HEC en 2014 (Équité et libre-échange depuis le XIXe siècle) ou encore ESSEC 2014 (Le protectionnisme a-t-il un avenir dans une économie de plus en plus internationalisée ? ). Comment ça se fait? La réponse est simple: je ne suis pas le seul à faire de l’espionnage industriel!!  Ce que j’entends par espionnage industriel c’est de reprendre des bonnes copies de concours et de tout pomper dedans!! C’est un procédé classique en prépa HEC.

 

Comment faut-il analyser une bonne copie ?

L’analyse de bonnes copies est une partie intégrante de sa préparation au concours. Il faut voir le correcteur comme un consommateur et la copie, comme un produit qu’il va consommer. Il faut voir ce que le consommateur veut lire, veut entendre, ce qu’il aime, etc. Le meilleur moyen de le faire et de regarder ce que les correcteurs ont aimé dans le passé.

La première chose à faire c’est d’analyser le produit d’un point de vue holistique: nombre de pages, taille de l’introduction, calligraphie, voit-on facilement des auteurs? titres chiffres? graphiques (et si oui quel volume)?
La deuxième chose à faire c’est de rentrer dans la copie en détail et l’analyser ligne par ligne: analyser le fond pour comprendre comment la copie a bâti son argumentation, quels sont les auteurs cités. Il faut identifier les auteurs classiques cités dans la copie, mais aussi les références plus originales.
La troisième chose est d’analyser la forme. Une bonne copie c’est l’alliance du fond et de la forme. Quels sont les mots de liaison utilisés, comment sont construites les problématiques, comment le plan est-il annoncé ? Est ce que les noms de famille des auteurs sont en majuscules ou en minuscules. Quel est l’espace accordé au graphique (10 lignes, ¼ de page , ½ de page ? ).

 

Que faut-il voler dans une bonne copie ?

Si tu veux faire une petite fiche sur une bonne copie, voilà comment procéder

  1. Commencer par extraire le plan (grandes parties, puis sous-parties)
  2. Reprendre les références (si nécessaire aller chercher les titres des articles et des livres quand ils ne sont pas mentionnés par le candidat).
  3. Copier les meilleurs paragraphes et les meilleures structures argumentatives. Personnellement j’ai chopé plein de belles tournures stylistiques dans les copies de candidats qui m’ont précédé. En économie on appelle cela un avantage à l’arriération !! (cf. GERSCHENKRON, Economic Backwardness in Historical Perspective, 1962).

Les erreurs à ne pas faire quand on analyse une bonne copie

 

 

Attention, il y a des erreurs d’appréciation à ne pas commettre :

  • il ne faut pas se limiter à l’analyse d’une seule copie. Il existe plusieurs types de correcteurs qui n’apprécient pas tous les mêmes choses. Par exemple, faut-il balancer des auteurs à la pelle? Pour certains profs et correcteurs c’est une bonne chose. Mais d’autres détestent cela.
  • il ne faut pas se laisser impressionner par la copie. On trouve souvent des copies qui ont 19 ou 20/20 et sont tout bonnement hors-normes. Attention, tu n’as pas besoin d’en faire autant pour avoir 15-16/20. Et surtout: souvent ces candidats ont fait que de l’économie et rien d‘autre et se sont gamélés comme des manchots sur la banquise dans les autres matières (cf. les maths…).